Alcools, “Automne Malade”, Guillaume Apollinaire (1913): Lecture analytique

Automne malade et adoré Tu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers Pauvre automne Meurs en blancheur et en richesse De neige et de fruits mûrs Au fond du ciel Des éperviers planent Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines Qui n'ont jamais aimé Aux lisières lointaines Les cerfs ont bramé Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs Les fruits tombant sans qu'on les cueille Le vent et la forêt qui pleurent Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille Les feuilles Qu'on foule Un train Qui roule La vie S'écoule

Plan possible : I/Un automne lyrique a.Une saison classique et musicale b.L’automne qui exalte les sentiments du poète grâce au lyrisme II/Une allégorie de la fin a.De l’abondance au déclin b.La fuite du temps allant vers la mort III/Les prémices de la modernité poétique a.Une forme originale b.Des références peu communes dans le cadre de la poésie

Plan détaillé

I/Un automne lyrique a. Une saison classique et musicale -La nature et les saisons sont des topos de la poésie. L’automne est une saison qui intrigue beaucoup les poètespar son aspect à la fois chaleureux et angoissant. Apollinaire essaie à son tour de déchiffrer cette saison. -Le poète dresse un véritable tableau de la nature avec montrent le brame des cerfs "Aux lisières lointaines / Les cerfs ont bramé" "Des éperviers planent", "Les cerfs ont bramé". On remarque également le champ lexical de la nature. Cette saison est donc marquée par la nature active, une sorte de réveil. Les cerfs sont le symbole de l’automne et des saisons qui passent. L’assonance et l’allitération -L’utilisation du passé montre que l’automne est déjà assez avancé pour qu’on puisse en constater les conséquences. -Le poète préfère faire ressortir la couleur de ses émotions et non celle de l’automne. -Afin de montrer la beauté de l’automne, Apollinaire utilise de nombreuses images sonores. C’est ce qu’il fait en reproduisant le bruit du vent avec des alliterations telles que “Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies”. -Les différentes sonorités se succédant montrent l’enchaînement des événements de l’automne. Cette saison surprend par la diversité des événements qui s’y produisent -”Le Cor” exprime la tristesse des bruits de la forêt -Les derniers vers disloqués rappellent la pluie qui tombe goutte à goutte, rappelant le bruit d’une horloge et deses cliquetis. b. L’automne qui exalte les sentiments du poète grâce au lyrisme -La nature est un des moyens privilégiés des poètes pour parler de leurs sentiments personnels. Les saisonsévoquent le changement, le fait de faire disparaître quelque chose pour reconstruire quelque chose d’autre. -Dès le premier vers, le poète s’inscrit dans le registre lyrique avec “malade et adoré” qui traduit un attachementparadoxale à une telle saison. -Apollinaire cherche à personnifier l’automne et le tutoyant, montrant sa proximité avec celui-ci. Il sous entendqu’il est comme l’automne. Le poète plaint l’automne avec “pauvre automne”, “malade”. Celui-ci sous entend que cette saison est dépréciée par un grand nombre de personnes et que ces dernières n’arrivent à comprendre son charme “sans qu’on les cueille” en parlant des fruits. -Pour accentuer la compassion qu’il éprouve envers cette saison, le poète utilise le champ lexical de l’amour.-L’automne s’accorde avec la mélancolie d’Apollinaire et par conséquent celui-ci l’apprécie toutparticulièrement. Cette mélancolie est exprimée dans la métaphore des feuilles en larmes -Le poète en profite pour exprimer sa douleur personnelle avec l'évocation des larmes aux vers 16 et 17. Une blessure intérieure fait surface -Les “lisières lointaines” est un lieu qui rappelle des souvenirs douloureux au poète et le temps l’éloigne de cessouvenirs.

II/Une allégorie de la fin a. De l’abondance au déclin -L’automne vient stopper l’été, période de joie et d’abondance. L’automne est une saison de transition, de préparation à l’hiver, une période associée à la mort et à l’immobilisme. -Ainsi l’automne est un mélange de ces deux saisons radicalement opposées comme le montre la citation “de neige et de fruits mûrs”. -Contrairement à ce que l’on peut penser, l’automne est une période riche avec des fruits mûrs qui tombent mais ne sont pas cueillis. De plus cet automne “Meurs en blancheur et en richesse”, le fait qu’il s’apparente à l’hiver fait reculer. Ce double aspect de l’automne est souligné par la ressemblance sonore de “meurs” et “blancheur”.-On note également le champ lexical de la mort utilisé tout au long du poème b. La fuite du temps allant vers la mort -L’arrivée de l’hiver est inévitable et est exprimée avec le futur “tu mourras”. Cela fait office de mauvais présage. L’heure de sa mort est même déjà connue, il mourra à l’arrivée de l’ouragan, quand le le temps seramoins clément. -”Des éperviers planent” les rapaces annoncent un mauvais événement, l’hiver raude et ne va pas tarder à s’abattre -”Les feuilles qu’on foule”, l'allitération en -f montre le bruit des feuilles que l'on balaye du pied. Ces feuilles autrefois resplendissantes sont tombées et ne valent plus rien -La fin du poème avec une accélération du rythme montre l’approche inéluctable de l’hiver. Ces derniers verspourraient représenter les feuilles qui tombent sous forme de calligramme -Le train représente le temps qui s’écoule, on parle par exemple du “train de la vie”. L’emploi du présent devérité générale montre que ce dernier ne peut pas être stoppé.

III/Les prémices de la modernité poétique a. Une forme originale -Bien qu’Apollinaire utilise le topos de la nature et le registre lyrique, son poème n’en reste pas pour autant classique. Comme bon nombre des poèmes d’Alcools, le poète prend appui sur les thèmes classiques de la poésiepour ensuite les revisiter. -La forme du poème est très spéciale, on ne remarque pas schéma récurrent. La métrique n’est pas la même d’un vers à l’autre et les rimes sont disposées de manière peu commune. Le lecteur se perd dans cette forme à l’imagedes feuilles en automne: en désordre et volant dans tous les sens -La fin du poème forme un calligramme -L’organisation des vers marque le rythme lent du poème. On ne sait pas quand une partie de vers se termine, il est difficile de l’accentuer b. Des références peu communes dans le cadre de la poésie -Dans son poème, Apollinaire fait référence à des éléments de la mythologie rhénane. Dans un poème auxaccents lyriques, faire référence à la mythologie populaire est quelque chose qui va à l’encontre des principesfondamentaux de la poésie classique -Avec ses références aux nixes et aux sorcières le poète inscrit son poème dans le merveilleux, montrant quel’automne réveille la culture populaire, accentuant son aspect mystérieux

Posts récents

Voir tout

Fiche texte: Signe, Apollinaire

OE : La poésie du XIXe au XXe siècle Parcours : Modernité poétique ? Introduction : Publiée en 1913, au terme d’une longue maturation, Alcool rassemble des poèmes écrits depuis 1898. Ce recueil est l’

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com