"Candide" Voltaire, "le jardin"

Fiche de Charlotte, en terminale S à Franklin.


Candide "le jardin"

I] 2 interventions de Candide

 long discours de Pangloss sur la tragédie et l’histoire humaine interrompu par le bref commentaire de Matin ; il entame un nouveau développement, arrêté par Candide qui l’invite à l’action.

1) une réponse adressée à Pangloss

- La seconde intervention et conclusion de cet extrait est non seulement conclusion de l’extrait mais aussi de deux éléments.

. acquiescement poli : « cela est bien dit », il s’agit d’une concession provisoire

. la conjonction de coordination « mais » indique une opposition et met en emphase surtout ce qui va être le plus important.

Il s’agit donc d’une réponse efficace et qui met poliment un terme au débat entre Candide et Pangloss.

( reprise de la première phrase de l’extrait = préparation de la réponse. )

2) assurance et certitude de Candide- il coupe la parole à Pangloss : il affirme un point de vue catégorique comme le souligne la répétition de « il faut »

- « je sais » : réplique catégorique qui l’empêche de s’exprimer, avec la reprise du verbe savoir

Pangloss ne peut pas surenchérir : Candide coupe-court à tout commentaire et impose sa réflexion.

- reprise textuelle de la phrase au début de l’extrait comme si elle constituait une devise.

II] Raisonnement

1) un constat non démontré

L’intervention de Pangloss commence par l’affirmation que tout va bien dans le meilleur des mondes possibles.

- accumulation de verbes d’action qui se révèle donner seulement une suite d’évènements chronologiques, et Pangloss ne prouve pas l’engrenage mécanique de ses actions les unes aux autres.

- affirmation et croyance sont ici confondues avec une démonstration chez Pangloss 

Ici, Pangloss utilise l’effet d’accumulation pour donner du poids apparent à son argumentation. Cependant, ce discours est vide de sens.

2) fausse démonstration

« car » donne ici l’apparence d’une démonstration, mais le raisonnement est faussé car Candide ne devait pas nécessairement subir toutes ces actions pour manger des « cédrats confits et des pistaches ». « Car » est en réalité un mot inopérant

- le décalage de nature entre les évènements cités, la distorsion des plans rendent l’énumération comique et décrédibilise Pangloss : évènements grotesques et triviaux vs moment décisif du conte.

 « enfin » crée une apparence de conclusion

= moral donné par Candide

III] philosophie du jardin

1) conception négative du travail

Pangloss continue sa logorrhée : Il est entraîné dans sa rhétorique par une sorte de mécanisme.

Le travail est ordonné par la volonté divine alors que pour Candide c’est l’expression de la liberté humaine.

« travaillons pour raisonner »

Pour Martin, la vie est un fardeau que seul un travail aveugle peut alléger

2) Le salut par le travail

« Candide fit de profondes réflexions », tel est l’effet des leçons du vieillard. Candide opère alors un retour sur lui-même.

- le travail procure un bonheur simple plus sûr que les grandeurs illusoires des six rois détrônés.

- liste des grands rois de l’histoire universelle : ordre chronologique

- reprise mais nuancé de la pensée pessimiste de Martin.

 c’est donc un processus de civilisation.

La possessif « notre » : mise en perspective de l’aspect communautaire et marques d’affection

Point de vue général  particulier du petit domaine : symbolique du jardin

= affirmation d’une sagesse pratique essentiellement tournée vers l’action.

 résister à Pangloss et Martin

3) primauté de l’action.

- « louable dessein »

« la petite terre rapporta beaucoup »

Le jardin est devenu une exploitation agricole : self-government

- le travail transforme les individus.

« était »  « devint » : opposition accentuée par la conjonction de coordination « mais »

Frère Giroflée : « et même » « honnête homme » (point de vue négatif de Voltaire sur l’Eglise : ici une concession) « il n’y eu pas jusqu’à

 La métamorphose suggère que le travail peut apporter en perfectionnement moral. Sa pratique civilise l’individu et lui permet de devenir « honnête homme »

- Ce n’est plus un châtiment exercé par Dieu mais une rédemption laïque et libératrice.

Candide choisit l’action et conclut avec cette réplique :

« cela est bien dit, mais il faut cultiver notre jardin ».

La phrase de Pangloss tombe à plat :

1 - Avec cette conjonction de coordination adversative, Candide congédie les propos de Pangloss, il introduit le mot de la fin dont la brièveté s’oppose aux interminables propos de Pangloss.

2 – Candide, devenu adulte, s’émancipe à trouver une sagesse à sa portée dans le travail et l’action constructive.

3 – Le travail nous apporte une science, un savoir : il faut penser

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com