HGSP 1ère – T3 – Etudier les divisions géopolitiques du monde : les frontières

Frontière : limite juridique entre 2 Etats, en deçà de laquelle s’exercela souveraineté de chaque Etat. Axe 1 : Tracer des frontières, approche géopolitique J1 : le limes rhénan Limes : désigne initialement la limite d’un terrain, ligne puis zonefrontalière de l’Empire romain avec installations défensives. A l’apogée de l’Empire : limes s’étendait sur 500 km Frontière discontinue composée de forts/forteresses/palissades/murs, mouvante et matérialisée. N’empêchait pas les échanges économiques et humains A une valeur symbolique : sépare le monde romain civilisé du monde barbare dangereux et sauvage Fonction économique : commerce entre marchands romains et barbares contrôlés par des postes de douane. N’a pas été en mesure de contenir les grandes migrations (=terme remplaçant celui de « grandes invasions » désignant l’arrivée massive mais lente de peuples barbares aux frontières de l’Empire romain et leur entrée dans l’Empire à partir du IIIème siècle). J2 : Se partager l’Afrique : la conférence de Berlin (1884-1885)Impérialisme : volonté d’un état de dominer d’autres parties du monde afin de s’y constituer un empire. Colonisation : mouvement de conquête, de domination et d’exploitation d’un territoire par un état. Terra nullius : locution latine qui signifie « territoire sans maître » →espace qui ne relève d’aucun état, et qui peut donc, selon certains états,être peuplé.

Contexte : Après les indépendances en Amérique latine dans les années 1820, l’impérialisme et la course aux colonies reprend de la part des payseuropéens tout au long du XIXème siècle. En Afrique, qu’ils considèrentcomme une terre sans maître, l’objectif avait longtemps été de ne dominer que la côte, afin d’y établir des escales et des comptoirs decommerce. Alors que , souvent difficile d’accès, avait étédélaissé, les attirés par les que les terres renferment → crée destensions. C’est la Congo , disputé entre la France, la Belgique et le Portugal, qui aboutit à la tenue de la conférence de Berlin, de novembre 1884 à février 1885 oùse retrouvent 14 états à l’invitation du chancelier Bismarck. ➔Pq la conférence s’est-elle déroulée à Berlin ? Après sa victoire contre la France en 1871, l’Allemagne est une puissance montantequi impressionne l’Europe entière. Bismarck organise cetteconférence sans aucun représentant africain, dans sa capitale pourmontrer l’expansion de son pays. A l’issue de la conférence, l’ensemble de l’Afrique est colonisé (Liberia et Ethiopie sont les seuls à rester indépendant). Les frontières ont été . Des frontières-lignes remplacent les frontières-zones préexistantes.→ rivalités coloniales apparaissent : Londres et Paris ont failli s’affronterpour le Soudan en 1896 + l’Allemagne a tenté 2 fois (1905 et 1911) dedisputer à la France son contrôle sur le Maroc. Frontières-lignes : séparation entre des territoires de manière clairement délimitée. Frontières-zones : séparation entre des territoires qui s’effectue dans unezone-tampon aux contours flous. l’intérieur puissances impériales tentent progressivement de s’y établir, richesses minérales concurrence engendrée par l’exploration du bassin du tracées au moyen de cartes de manière géométrique, sans prendre en compte les réalités des terrains, des peuples et des ressources

J3 : Séparer : la frontière entre les 2 Corées Contexte : et la garantit .→ avec le soutien de / qui instaure un gouvernement militaire. 1948 : 2 états sont proclamés : RPDC au Nord et République de Corée au Sud Territoire devient un enjeu de la GF → guerre de Corée (1950-1953) quimarque la mise en place d’une frontière étanche. Armistice (27 juillet 1953) mais pas d’accord de paix Zone démilitarisée DMZ autour du 38e parallèle + frontière maritime Corée ravagée et divisée au sortir de la 2nde GM conférence de Potsdam en 1945 l’indépendance du pays sous le contrôle des USA/URSS/Chine/R-U Corée divisée en 2 parties le long du 38e parallèle: Nord communiste l’URSS Sud sous le contrôle américain = « ligne de limite du nord » en mer Jaune par la Corée du Sud entre sous la DMZ découverts Corée du Nord a creusé des tunnels d’agression 1974 et 1990 Un seul point de passage, sous le contrôle de l’ONU : la Joint Security Area Zones Economiques Spéciales ZES avec des capitaux sud-coréens se trouvant au-dessus de la frontière, sont fermées depuis 2016. Frontière très surveillée : en 2018, 700 000 soldats nord-coréens, 400 000 soldats sud-coréens aidés par la 2e division d’infanterie des USA, 1 million de mines, postes militaires, barbelés, miradors. Après l’armistice, la zone frontalière intercoréenne est le: , contexte de guerre froide puis en →nombreux incidents de frontières mais jamais de guerre ouverte Zone frontalière symbolise le dialogue intercoréen : depuis les années 70, la DMZ a été le lieu de rencontres entre familles séparées depuis 1953 théâtre de tensions persistantes entre les 2 états contestations de la ligne de démarcation affirmation de la puissance balistique et nucléaire nord-coréenne 2006

(grâce à la politique sud-coréenne du « » 1998-2008) + rencontre entre les 2 dirigeants coréens en a mené à la rédaction d’une les 2 états (même si aucun traité n’a été signé depuis 1953). Axe 2 : Les frontières en débat entre rayon de soleil avril 2018 déclaration commune sur la fin de l’état de guerre J1 : Reconnaître la frontière : le cas germano-polonais de 1939 à 1990 A- Une frontière transformée par les guerres mondiales Frontière très mouvante au cours du XXe siècle : volonté depangermanisme (=nationalisme allemand pour le regroupement de toutes les populations de culture germanique), traité de Versailles 1919 engendre la recréation de la Pologne → progressivement effacée à partir de la violation de la frontière par l’Allemagne le 1er septembre 1939 au nom du nationalisme allemand→suppression complète lors de lavictoire de l’Allemagne et de l’URSS sur le territoire polonais le 6 octobre39. Corridor de Dantzig : en 1919, la reconstitution prévue par les vainqueurs de la Grande Guerre fait de Dantzig une ville sous le contrôle de la Société des Nations. Un corridor permet un accès à la mer Baltique pour la nouvelle Pologne. Ce corridor est devenu un des symboles du refus par l’Allemagne du traité de Versailles. Ligne Oder-Neisse : à la fin de la 2e GM, la frontière se décale à 200km +à l’Ouest le long du fleuve Oder et de son affluent le Neisse, actée par la conférence de Yalta puis de Potsdam en 1945, sans précision sur le reste du tracé.→frontière « provisoire » B- Après 1945, une frontière stabilisée ? 1946 : fermeture de la frontière par l’URSS → discours de Churchill « DeStettin sur la Baltique à Trieste sur l’Adriatique, un rideau de fer estdescendu à travers le continent »

1950 : RDA + Pologne communistes signent le traité de Görlitz qui reconnaît la frontière Oder-Neisse 1970 : signature du traité de Varsovie → RFA reconnaît la frontière Oder- Neisse 1972 : ouverture de la frontière 26 ans après sa fermeture. 1980 : fermeture de la frontière à cause des pb politiques rencontrés par la Pologne (grèves du syndicat polonais Solidarnosc contre le gouvernement communiste) 1989 : réouverture de la frontière par la mise en place d’ungouvernement de transition qui écarte le parti communiste polonais de la direction du pays 3 octobre 1990 : réunification des 2 Allemagne ➔14 novembre 90 : traité frontalier définitif sur la reconnaissance de la frontière Oder-Neisse. J2 : Dépasser les frontières : les droits de la mer A- Le droit de la mer : un instrument de cadrage géopolitique Droit de la mer : apparaît au XVIIe siècle, définit la notion d’espacemaritime, pose un cadre sur les activités, droits et responsabilités des états et des acteurs privés en mer. Historiquement, les relations maritimes entre états reposaient sur la liberté des mers (=concept traditionnel selon lequel la mer et les océansn’appartiennent à personne et où chacun est libre d’y naviguer). ➔Principe remis en cause par l’utilisation offensive de la mer entemps de guerre/multiplication des revendications territoriales/dissensions entre Etats→instauration d’un régimejuridique adapté de portée mondiale pour arbitrer les tensions et assurer la bonne exploitation des espaces maritimes ➔Conférence de Montego Bay (UNCLOS, 1982) sous l’égide desNations Unies : 157 pays signataires (USA exclus)

80% du commerce international emprunte la voie maritime Les zones maritimes selon le droit international source : Wikipedia Haute mer et fonds marins = « biens communs de l’humanité » → pas de restriction de circulation Pays signataires négocient avec leurs voisins leurs ZEE respectives (=Zoneéconomique exclusive, espace maritime d’un pays pouvant s’étendre jusqu’à 200 miles nautiques à partir de son littoral (370km) → confère des droits souverains sur l’eau, les fonds marins et le sous-sol), ensachant qu’elles ne peuvent pas se chevaucher France et USA ont les ZEE les + étendues au monde France : essentiel de la ZEE se trouve en Polynésie, qui est le 2e domainemaritime au monde, volonté d’extension de la ZEE jusqu’au plateau continental USA : 1e ZEE mondiale mais n’ont pas signé la Convention de Montego Bay, ont signé des accords bilatéraux avec leurs voisins (Russie, Mexique, Canada) Chine en conflit territorial avec : - Japon (îles Senkaku)

- Vietnam et Philippines sur des séries d’îlots inhabités sources d’hydrocarbure. ➔Mer de Chine = un des endroits les + conflictuels en terme de droit de la mer.

13 vues

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com