"Le mariage de Figaro" de Beaumarchais



  1. La fonction informative du monologue


  1. La présentation du cadre

  • Apparition de plusieurs nom communs sur les métiers mettant en place la relation maître-valet


  1. Expliciter les enjeux de l’action


  • Emploi d’un déterminant numéral pour montrer la stratégie du comte

  • Figure de parallélisme (ligne 6-7) = intention du comte, de plus emploi du conditionnel. Antiphrase pour « joli chemin »

  • Verbes actions


  1. La question de l’amour, au cœur de l’intrigue

  • Enumération de groupe de mots liés aux qualités de la promise de Figaro, adjectifs mélioratifs

  • Déterminant possessif

  • Rimes internes en ante


  1. La vivacité de la scène


  1. Un monologue dialogique

  • Emploi de pronom personnel tel que « vous » qui montre qu’il s’adresse à quelqu’un


  1. L’émotion du personnage

  • Ponctuation avec des points d’exclamation = rythme haché

  • Points de suspension : hésitation, il est troublé, agité

  • Verbe à l’infinitif : pas le temps de conjuguer.


  1. La critique sociale


  1. L’insistance sur les titres

  • Emploi du nom commun « monseigneur » qui permet de relever une sorte d’ironie

  • Appliquer des titres de noblesse pour des valets (se moquer des titres)

  • « Ambassadrice de poche », complément du nom pour détruire le titre


  1. Un valet qui tient tête à son maître

  • Emploi de figures de parallélisme pour mettre en relation le valet et le maître amenant à la révolte

  • Emploi d’une conjonction de coordination « mais » = révolte


  1. Le langage comme arme de résistance

  • Langage soutenu élevant le valet à un certain rang « friande en diable ».

  • Parallélisme 

  • Prise de pouvoir en comprenant la stratégie du comte.

  • Antiphrase « quelle douce réciprocité ! », « un joli chemin »

  • Métaphore ligne 9-10.



©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com