"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais acte III, scène 5 (Texte 2) ORAL

Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, acte III, scène 5 (Texte 2)  ORAL


                PREMIÈRE PARTIE : lecture linéaire


- BRÈVE PRÉSENTATION : Beaumarchais; trilogie Le Barbier de Séville ou  la précaution inutile; Le Mariage de Figaro ou la folle journée; La Mère coupable  ou l’autre Tartuffe.  La scène 5 place face à face le Comte et Figaro. Le Comte veut savoir si Suzanne l’a trahi [C’est l’enjeu de la scène entière]. Si c’est le cas, il est décidé à ce que Figaro épouse la vieille Marceline. Au début de la scène 5, Figaro dit qu’il ira en Angleterre [Célèbre tirade du « God-dam »]: le Comte en conclut que Suzanne n’a rien dit. Puis Figaro affirme qu’il préfère rester en Andalousie comme concierge au château [C’est l’extrait étudié] 


-LECTURE [ Ne pas lire des didascalies]


- IDENTIFICATION DU TEXTE:La situation offre l’occasion d’un véritable duel verbal entre le Comte et son valet, et par là, d’une violente satire sociale.


- PROJET DE LECTURE  Figaro correspond-il, dans cette scène, au traditionnel valet de Comédie, inventeur de ruses, source de comique, moteur de l’action et ingénieux adjuvant du Comte? [Ce qu’est Figaro dans Le Barbier de Séville]


- EXPLICATION LINÉAIRE : 


- CONCLUSION: Le dialogue marque la fin de la complicité entre les deux hommes.

=>Donc, Figaro  rusé : oui

-Figaro source de comique: oui mais un comique qui fait réfléchir; il est aussi porteur d’une violente contestation sociale (placere et docere)

-Figaro moteur de l’action : indirectement car à la fin de la scène, c’est la décision du Comte  qui joue un rôle moteur de l’action.

-Figaro ingénieux adjuvant du Comte : non; c’est un opposant, un rival et non plus un complice.

=> Ainsi, Beaumarchais renouvelle le rapport entre le maître et le valet.


[ Rappel: à la fin de la scène, le Comte conclut que Suzanne a parlé; il décide d’organiser le procès avec Marceline; le dialogue étudié est  encadré par deux tirades célèbres de Figaro: la tirade du « god-dam » (avant l’extrait) et, après l’extrait, une tirade critique sur la politique]



                                 SECONDE PARTIE : entretien


Structure:

-Premier mouvement: Un dialogue amical

=> Ainsi, enjeu informatif du dialogue entre des amis (humanisme) plus qu’entre un maître et son serviteur; le Comte dirige le dialogue mais Figaro le domine (compréhension; sagesse); critique morale et sociale du Comte de la part de Figaro (la colère su Comte s’exprime dans la suite du dialogue).



-Deuxième mouvement: Le duel mené par le Comte

A-Début de la joute

=> Figaro maître de la rhétorique; critique morale et sociale du Comte (et des nobles)

B- Attaques violentes du Comte

=> Figaro critique le Comte d’un point de vue moral et social (et les nobles libertins)

C- Ultime attaque du Comte:

=>Le Comte est déstabilisé; critique de la société par Figaro


=> Ainsi, le Comte attaque mais c’est toujours Figaro qui gagne (généralisation; critique des nobles)



-Troisième mouvement: Figaro, maître du duel verbal

=> Ainsi, Figaro choisit l’amour à l’ambition (Sagesse; valeur du XVIIIème siècle); hypocrisie du Comte (et surprise : au début de la scène, Figaro dit vouloir aller à Londres)



Rappel:

-Dans cette scène, le conflit oppose deux personnages de conditions différentes, liées par un rapport d’autorité. [Un rapport de confiance les unissait dans Le Barbier de Séville]

-Le conflit d’intérêt modifie leur relation:

        Figaro convoite Suzanne (mariage) malgré l’opposition du Comte (opposant)

        Le Comte convoite Suzanne (adultère) malgré l’opposition de Figaro (opposant)

=> Le conflit entre les deux personnages aboutit au triomphe de Figaro et à l’échec du Comte à la fin de la pièce.


-Métaphore du duel à fleurets mouchetés: les deux hommes combattent avec la même arme, la parole.


-La scène complète comporte deux parties : dans la première, le Comte pense que Suzanne n’a pas parlé (car Figaro dit vouloir venir à Londres; tirade du « God-dam » (morceau de bravoure)) et dans la seconde partie, le Comte pense que Suzanne a parlé (car Figaro dit vouloir rester en Andalousie (extrait étudié; à la suite de l’extrait : tirade de Figaro sur la politique (qui ressemble à l’intrigue) (autre morceau de bravoure)


-Dans le bref monologue de la scène 8, le Comte reconnaît les qualités de Figaro: « Le maraud m'embarrasse! En disputant, il prend son avantage, il vous serre, vous enveloppe… »

-Scène 19, acte V: le Comte prend conscience de la situation : « J’ai voulu ruser avec eux; ils m’ont traité comme un enfant. »


-C’est la volonté du Comte qui structure l’intrigue de la pièce mais il ne mène pas le jeu (obstacles: les autres (Figaro,les femmes), le hasard (Figaro le voit se piquer le doigt avec l’épingle; scène de reconnaissance: Marceline est sa mère (donc il ne peut pas l’épouser)); de ce point de vue, Figaro apparaît plus comme un obstacle face au Comte que comme un meneur de jeu réel. (De fait,  ce sont les femmes qui mènent le jeu « malgré » les hommes.)


-Evitez les clichés à propos du Comte: c’est un séducteur qui profite de l’occasion. A la scène 4 de l’acte III, il dit à propos de Suzanne « Qui donc m’enchaîne à cette fantaisie? », et « Si je la voulais sans débat, je la désirerais mille fois moins. » En lui attribuant des contradictions, Beaumarchais lui donne une dimension humaine, caractéristique de la sensibilité de l’époque. Il paraît plus proche de l’individu que du type théâtral.



Notions:

-Etudiez la théâtralité de la scène

-Etudiez le rôle de la parole

-la Comédie 

-le valet de Comédie

-La vie et l’oeuvre de Beaumarchais

-Les Lumières; les philosophes des Lumières

-Le libertinage



39 vues

Posts récents

Voir tout

Fiche texte: Signe, Apollinaire

OE : La poésie du XIXe au XXe siècle Parcours : Modernité poétique ? Introduction : Publiée en 1913, au terme d’une longue maturation, Alcool rassemble des poèmes écrits depuis 1898. Ce recueil est l’

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com