Lecture analytique : Les Regrets, Joachim du Bellay (1558)Extrait : « Sonnet 32 »

Je me ferai savant en la philosophie, En la mathématique et médecine aussi : Je me ferai légiste, et d’un plus haut souci Apprendrai les secrets de la théologie : Du luth et du pinceau j’ébatterai ma vie, De l’escrime et du bal. Je discourais ainsi, Et me vantais en moi d’apprendre tout ceci, Quand je changeai la France au séjour d’Italie. Ô beaux discours humains ! Je suis venu si loin, Pour m’enrichir d’ennui, de vieillesse et de soin, Et perdre en voyageant le meilleur de mon âge. Ainsi le marinier souvent pour tout trésor Rapporte des harengs en lieu de lingots d’or, Ayant fait, comme moi, un malheureux voyage.

Plan possible:

I/Un rêve de savoir démesuré a. La construction d’un idéal humaniste propre à l’auteur

b. Un projet démesuré II/Une cruelle désillusion a. L’échec d’un voyage humaniste

b. Un échec aux multiples bénéfices

Plan détaillé


I/Un rêve de savoir démesuré a. La construction d’un idéal humaniste propre à l’auteur -On retrouve tous les aspects de l’humanisme: idée de la philosophie, recherche de savoir incessante, sciencesnobles, questions essentielles telles que celles soulevées dans la théologie, dans les premiers quatrains on a uneéloge de Rome et donc du modèle antique, etc (décrire l’objectif humaniste) -Beaucoup de disciplines artistiques également -Vers 6, on voit que ce sont des activités intellectuelles mondaines (“bal” à l’hémistiche vers 6) -Durant les premiers vers, champ lexical de la culture et choix stratégiques: mots spécifiques à la rime ou àl’hémistiche, mots coordonnés, inversion du complément au vers 5 -L’auteur s’approprie cet idéal humaniste et se l’approprie avec l’expression au la première personne du singulier: pronoms compléments, déterminants possessifs. -On sait que l’auteur parle de son voyage en Italie grâce à des éléments biographiques et notamment grâce à l’intégralité de son recueil Les Regrets -On voit que c’est le récit de l’auteur grâce aux retours en arrière, etc -Registre lyrique montre bien qu’il parle de lui-même b. Un projet démesuré -Immense diversité de disciplines, domaines intellectuels très différents; maths, philo, théologie, arts, médecine -Le poète montre qu’il aime apprendre et à de nombreux rêves, apparemment pas encore réalisés -Emploi de l’imparfait d’habitude dans les 6 premiers vers montrent qu’il a l’habitude d’être toujours en quête desavoir -Verbes au futur simple (vers 1 et 3)+anaphore -Le poète est audacieux car il quitte son pays d’origine (la France) afin d’aller se perfectionner en Italie (vers 8). Ainsi il abandonne la sécurité, c’est un changement radical, une rupture -Par le voyage il cherche de la nouveauté (vers 11 et 14)

II/Une cruelle désillusion a. L’échec d’un voyage humaniste -Les deux tercets concernent la déception du poète, c’est la chute du roman -La volta “Ô beaux discours humains!” consiste à mettre en valeur cet échec de taille. Il utilise l’ironie pourappuyer l’aspect pathétique de et échec. Elle nécessite une lecture antiphrastique. Le “Ô” élégiaque emploie leregistre lyrique et montre bien les regrets et la déploration -C’est le deuil d’un projet de départ qui n’a pas pu être exécuté, le poète le caractérise de “malheureux voyage”-Pour montrer cela on remarque de nombreuses allitérations en r (râle) et in (plainte) -Oxymore “m’enrichir d’ennui” -Il est déçu par Rome qui n’est pas la ville décrite par l’ensemble des humanistes, c’est-à-dire pleine de savoirs,de génies et de nouvelles choses à explorer. L’image de la Rome antique s'efface -On comprend alors le titre du recueil de poèmes Les Regrets -Morale de fin au dernier tercet, explication Le marinier cherche des trésors mais ce n’est pas ce pour quoi il est fait, donc il rapporte ce qu’il est sensé rapporté : des harengs (mot familier mis à l’hémistiche. Le poète sous-entend alors que lui-même n’étaitsûrement pas prédestiné à rapporter tant de connaissances et n’est reparti qu’avec ce qu’il avait à rapporter, unennui sans pareil et des années perdues. -Notons que “soin” vient de cura en latin qui veut dire des choses sans intérêt b. Une déception aux nombreux bénéfices -Le poète compte bien tirer partie de sa mauvaise expérience -Il va sublimer cet échec en un poème, c’est sa revanche contre ces années perdues, presque à la manière d’unapologue -A la fin de son poème il fait preuve d’humilité en se comparant à un marinier, c’est de l'autodérision et une miseen garde contre les rêves trop ambitieux et lieux surfaits -Fait allusion aux hommes de Rome qui l’ont déçu -Les quelques élipses permettent de dire que c’est en partie une page anthologique car elle fait partie d’unpatrimoine culturel. -Du Bellay s’illustre grâce à ce texte comme un écrivain et créateur de la Pléiade. Ainsi il exploite le sonnet ettoutes ses facettes -De plus, le sonnet est une forme poétique italienne -Il transforme donc l’échec en une réussite littéraire Point histoire: Perte d'intérêt culturel à Rome après le saccage de Charles-Quint Les certitudes peuvent être démenties par la réalité et le voyage n’apporte pas nécessairement ce qu’on en attend. Lecture complémentaire : Défense et illustration de la langue française, Joachim du Bellay (1549)

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com