« Lettres persanes XXX » Montesquieu



  1. La théâtralité du passage


  1. La dramatisation

  • Verbes de mouvements « j’arrivai », « je sortais »

  • Temps : passé simple (met en relief les moments importants : « cela me fit résoudre » …), imparfait de répétition (actions démultipliées « si je sortais », « si j’étais au spectacle » …)

  • Narrateur se met lui-même en scène

  • Expression de la subjectivité : P1 omniprésent

  • Expression des sentiments : « j’entrai tout à coup dans un néant affreux » (adjectif axiologique)


  1. L’intensité dramatique

  • Expression de la subjectivité

  • Adverbes intensifs « si curieux » « si rares »

  • Répétition de « toutes »

  • Hyperbole « comme si j’avais été envoyé du ciel »

  • Accumulation « vieillards, hommes, femmes »

  • Chiffres hyperboliques : effet de démultiplication (« mille couleurs », « cent lorgnettes ».


  1. La théâtralisation

  • Des éléments propres au théâtre : 

Décor planté (Paris, tuileries) + caractère visuel (« un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs ») + costumes (éléments clé de l’intrigue)

  • Les discours rapportés au style direct 

  • Action organisée autour d’une intrigue simple avec les péripéties « j’entrai tout à coup dans un néant affreux ».



  1. Un récit fondé sur des renversements


  1. Une structure en diptyque

  • Passage en deux parties : le premier discours direct « il faut avouer qu’il a l’air bien persan » est repris à la fin du texte « Ah ! ah ! monsieur est persan ? C’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être persan ? »

  • Le terme « admirable », énoncé à la forme exclamative à la fin du premier paragraphe, revient à la fin de la lettre.

  • Certaines expressions sont également reprises mais sous la forme d’une inversion : « envoyé du ciel » (ref : paradis/enfer « néant affreux »)

  • Commentaire du narrateur qui opère la transition entre le premier et le deuxième moment : mise à distance de l’action par la réflexion (verbes de pensée) : « je ne croyais pas… », « cela me fit résoudre ».


  1. Le changement du regard

  • Attitude contradictoire des parisiens (au début ils se jettent sur lui et après ils ne le calculent plus)

  • « Je fus regardé » : passif (objet du regard), « me voir »

  • « Lorgnettes dressées contre ma figure » : violence d’un regard subi (« figure » : attaque physique)

  • Verbes « voir » omniprésent + jeu sur le vocabulaire « chose admirable ».

  • Jeu de miroir des regards des parisiens (« je me voyais », « je me vis » : à la fois sujet et objet

  • Rica = dramaturge de la saynète et aussi spectateur de son expérience visuelle « pour voir » (but)

  • Lorsque Rica tombe en disgrâce, il est privé de ce regard (négation "sans qu’on m’eût regardé").

  • Jeu sur la réciprocité du regard. "Curiosité" des Parisiens // étonnement du narrateur : chacun est étranger sur l’autre.



  1. L’étrangeté

  • Réciprocité : Pour les Parisiens, Rica est « curieux » // Pour Rica : « extravagance » des Parisiens. 

  • Syllepse de sens : « Les habitants de Paris sont d’une curiosité » (sujet et objets). 

  • Mais Parisiens attachés à l’apparence// Rica décrit un comportement (récit de voyage : décrit les mœurs). 

  • Leur comportement est marqué par l’excès 

  •  Les Parisiens sont déshumanisés car on individualise : Masse indistincte. 

  • Même lorsqu’il y a une prise de parole, le locuteur est pluriel : « des gens » (indéfini). 

  • Pronom personnel indéfini : « on »                                   

  •  Ce sont les parisiens qui deviennent donc ces autres que décrit le récit de voyage ; c’est sur eux que porte le jugement  




  1. Exercice de la satire 


  1. Le jeu de miroir, la caricature des Parisiens

  • Insistance sur le comportement avec les imparfaits de répétition qui donnent un aspect mécanique à ce comportement ;

  • Exagération : hyperboles / intensifs

  • Rica appelle, en miroir, à l'ironie : « Je souriais quelquefois d’entendre »

  •  Ironie : ex/ « Chose admirable ! »

  • Caractérisation des Parisiens : « des gens qui n’étaient presque jamais sortis de leur chambre » : ironie de l'adv « presque », qui atténue (semble un gage de neutralité) alors que le propos est hyperbolique (« chambre » : espace très restreint).


  1. La mise en scène de la superficialité

  • « Extravagance » des Parisiens : critique explicite prise en charge par Rica + confirmée par le récit.

  • Soudaineté des changements :

                 adv de temps (« aussitôt » x3, «en un instant », « tout à coup »).

  • Rythme de la phrase : «  Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres ; si j’étais aux Tuileries, je voyais aussitôt un cercle se former autour de moi ».

  • Ironie : Culpabilité du « tailleur »

  • On ne sait pas tout de suite le motif de curiosité (mot « habit » seulement dans la deuxième moitié du texte).

  • Le résultat de l'expérience est retardé avec des

  • Théâtralité du récit // Paris est un théâtre, la société se donne en spectacle, et le regard sur l’Autre est conditionné par son costume.



  1. Le regard sur l’Autre

  • Question finale : double sens :

                 illogisme : étroitesse d'esprit et ethnocentrisme.

                 mais aussi une interrogation de l’auteur sur l’identité culturelle.

  • « Libre de tous les ornements étrangers » : ici « libre » a aussi sa valeur forte : Pour les Parisiens, Rica est l’« étranger » ; or cette étrangeté enferme le Persan qui, en quittant l’habit qui le distingue, devient « libre ».

  •  Montesquieu met en évidence, c’est que l’étrangeté n’est en somme qu’une affaire d’« habit », d’apparence : en le quittant, Rica redevient un homme « apprécié au plus juste », dit-il avec ironie.



11 vues

Posts récents

Voir tout

Fiche texte: Signe, Apollinaire

OE : La poésie du XIXe au XXe siècle Parcours : Modernité poétique ? Introduction : Publiée en 1913, au terme d’une longue maturation, Alcool rassemble des poèmes écrits depuis 1898. Ce recueil est l’

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com