"Voyage autour du monde." de Bougainville



  1. Un récit de voyage : la visée informative du texte


  1. Un regard extérieur porté sur l’île

  • Au début de chaque paragraphe, la présence du je locuteur permet d’assurer le relais entre le lecteur et le monde visité.ss e

  • La description du paysage est motivée par l'action des personnages (« nous parcourions ») : scène plus dynamique

  • Le monde décrit est perçu à travers le regard du narrateur : verbes de vue (« nous trouvions », « nous voyions »)

  • Regard toujours extérieur : Nombreuses occurrences de la P1 du pluriel « nous », mais ne réunit jamais le narrateur aux Tahitiens. Au contraire, oppose : « Je lui proposai aussi de faire un jardin à notre manière ».


  1. Un témoignage qui se veut impartial

  • Prudence de l’énonciation : modalisateurs (« je me croyais », « nous avons lieu de croire », « je crois »).

  • Précision de la description (liste = exhaustivité) : « du blé, de l’orge, de l’avoine, du riz, du maïs, des oignons et des graines potagères de toute espèce).

  • exotisme (gage d’authenticité) : plantes locales (« giraumons », « ignames ») + onomastique (« Ereti », « Toutaa »)

  • Adjectif « Telle », en tête de phrase (attribut) qui a une valeur démonstrative : explique mais ne juge pas.



  1. Un tableau complet

  • exhaustivité de l’évocation : son séjour à Tahiti occupe les chapitres VIII à X (sur 16) du livre. Halte la + longue pour le voyageur, celle qui va rester attachée à son nom.

  • Ce passage précis offre une évocation complète :

commence par un paysage (du début de l’extrait à « qu’entraîne                  l’humidité » )

se poursuit avec une première appréciation des mœurs (description des « troupes d’hommes et de femmes assises à l’ombre des vergers » et de leur accueil souriant.)

  • Dans le 2è paragraphe : l’économie du pays, à travers ses activités agricoles.

  • Enfin, dans le 3è paragraphe, le voyageur revient sur les mœurs (cérémonie par laquelle Toutaa l’accueille sur l’île).

  • Deux aspects majeurs dans les relations de voyage : l’intérêt esthétique et, surtout, l’intérêt éthique représentés par l’Autre.


  1. La mise en scène d’une rencontre


  1. La mise en scène de l’échange

  • L'initiative de l'accueil vient des Tahitiens (vraie preuve d'hospitalité) : « tous nous saluaient », «  se rangeaient à côté pour nous laisser passer » (Tahitiens : sujets / Européens : COD).

  • Réciprocité : la reprise du terme de « présent » construit en écho les deuxième et troisième paragraphes ; l’Européen offre des volailles et des graines aux Tahitiens, qui offrent, à leur tour, des denrées comestibles, des étoffes et des femmes.

  • Parallélisme des deux énumérations de cadeaux : 4 éléments (égalité) + même élément final : les « étoffes ».

  • Complément d'attribution : « Nous leur avons semé » : élan vers l'autre.

  • Jeu de P1 et P3 : Le portrait de l'Autre se construit en miroir, dans la confrontation avec soi : « Tous nous saluaient », «  Je leur fis présent »

  • Échange très positif : pronoms et adverbes de totalité : « tous », « partout ». - CCManière « avec amitié », « avec joie »

  • Jeu entre voix active et voix passive : alternance qui dit l'égalité des deux camps : «  Je leur fis présent » / « nous fûmes bien accueillis »





  1. La vision humaniste de l’autre

  • Atmosphère heureuse, où se manifeste l’optimisme de l’explorateur : Passage encadré par l’hospitalité des Tahitiens.

  • Optimisme : l’emploi du futur « seront bien soignées » souligne cette confiance en l’avenir.

  • Pacification des rapports avec l’étranger : les Tahitiens sont stables (« assises ») et ne s’enfuient pas à l’arrivée des Européens.

  • L’importance accordée à l’échange :

Principe d’égalité qui règne sur la rencontre : la réciprocité souligne une    égalité de condition entre les Européens et les Tahitiens qui cultivent ensemble la terre (deuxième paragraphe) > même verbe réutilisé : « Ereti fit préparer... » / « Je le fis bêcher » (phrase suivante).

  • mise en scène « d’hommes et de femmes », placés sur le même plan ; il n’y a pas non plus de différence entre les sexes.



  1. La participation au débat des Lumières


  1. L’éloge de Tahiti

  •  termes laudatifs : « beaux » arbres, fraîcheur « délicieuse » ; Toutaa est « d’une belle figure et d’une taille extraordinaire »,

valorisation ici soulignée par le chiasme ;

  • superlatifs : le « sol le plus fertile de l’univers » doublé par un complément du superlatif hyperbolique.

  • Sur le plan éthique, même valorisation : « l’hospitalité, le repos, une joie douce et toutes les apparences du bonheur » : énumération (et même gradation) : insistance

  • Au-delà de cet éloge, c’est une utopie :

perfection du monde qui rappelle celle du paradis (rapprochement avec le jardin d’Éden)

  • Travail et amour font bon ménage à Tahiti : évoque le mythe de l’île de Cythère


  1. Le débat entre nature et culture

  • Etend l’éloge de Tahiti à celui de la nature, (Providence) : « trésors que la nature verse à pleines mains » (allégorie)

  • Mais, réconciliation entre cette Nature heureuse et la Culture ( Montaigne) : cœur du passage : évocation de l’agriculture, échange des richesses et des savoir-faire

  • Notion de « fruit » : dimension métaphorique : prospérité du pays, et  capacité de l’homme à dégager des productions à partir de la nature

  • les « arbres fruitiers » : mariage heureux entre nature et culture (adj épithète lié);

  • Double énumération dans le 2è paragraphe. La rencontre de l’Autre permet de multiplier ces fruits, donc la prospérits


  1. Une conception pragmatique

  •  idée des philosophes des Lumières : le travail permet à l’homme de développer son environnement. Ici : l’agriculture

le jardinage : métaphore. « Il faut cultiver notre jardin » (Candide). > jardin d’Éden

  • 2 occurrences du mot « jardin » : le premier « jardin d'Eden » : utopie / le 2ème « faire un jardin » (verbe d'action concret) > les 2 sens vont ensemble.

  • On trouve un autre mot de la famille de « jardin » : « jardinage » : travail

  • Le travail du jardin est montré en détail avec plusieurs verbes d'actions (par étapes) : « semer », « entourer de palissades », « bêcher » et la mention des « outils » : travail manuel.

  • Futur : confiance des philosophes des Lumières dans le progrès : « Nous leur avons semé »

« Ces plantations seront bien soignées » : travail qui unit les hommes/ du passé au présent.



11 vues

Posts récents

Voir tout

Fiche texte: Signe, Apollinaire

OE : La poésie du XIXe au XXe siècle Parcours : Modernité poétique ? Introduction : Publiée en 1913, au terme d’une longue maturation, Alcool rassemble des poèmes écrits depuis 1898. Ce recueil est l’

©2020 par ElèvesSolidaires. Créé avec Wix.com